Techniques manuelles

 

- le principe le plus répandu, consiste à porter une clé douloureuse sur les articulations ce qui ne lui laisse au partenaire qu’une seule solution pour fuir la douleur : la chute.

 

-  moins fréquent et plus difficile pour un débutant, le second consiste à créer et accentuer le déséquilibre du partenaire soit par interposition de son propre corps (mouvement de hanche de type Judo) soit par un simple mouvement en traction ou en poussée d'un bras, d'une épaule, etc.

 

- réservé aux pratiquants confirmés, le troisième consiste à créer le déséquilibre du partenaire en se jetant au sol pour l'emmener par-dessus soi en chute. Ce mouvement s'appelle un sutemi (littéralement "sacrifice de son équilibre").

 

A l'inverse des techniques précédentes, les techniques d’immobilisation portent sur des clés articulaires (poignet, coude, épaule, genoux) et se finissent par un contrôle du partenaire au sol par clé ou étranglement. Les deux mains sont alors le plus souvent libres pour pouvoir parer d'autres attaques éventuelles.

Parallèlement à l'étude des techniques à proprement parler,l'aikibudoka est amener à s'exercer via différents éducatifs: